Un nouveau carburant à base d’huile de friture

Un nouveau carburant à base d’huile de friture

Rouler à l’huile végétale ou à l’huile de friture est techniquement possible.

L’huile de friture n’est pas utilisée telle quelle. Elle subit quelques opérations de filtrage et de transformation avant d’alimenter les moteurs de certains véhicules du type camion, balayeuse de voirie et car scolaire.

Plusieurs entreprises s’engagent pour la protection de l’environnement en valorisant ce nouveau carburant “biodesel” à base d’huile de friture: Gecco près de Lille et Roule Ma Frite sur l’Île d’Oléron.

“A Lille, l’entreprise Gecco collecte les huiles de friture de plusieurs dizaines de restaurants et même de l’entreprise McCain, bien connue pour ses frites surgelées.

Plusieurs fois par semaine, le camion collecteur de Gecco assure des tournées afin de récupérer ces huiles alimentaires qui constitueront le fameux biodiesel.

Une excellente manière de faire diminuer la part du diesel comme carburant automobile et de lutter contre le réchauffement climatique, comme l’explique Julien Pilette le créateur de la société : « Ce biocarburant est 95 % moins émetteur de CO2 que le gazole classique et 65 % moins émetteur que le biodiesel actuel ».

Gecco a ainsi conclu un partenariat avec la ville de Vendeville, près de Lille, pour mettre à l’essai ce biodiesel. Un carburant alternatif utilisé pour le moment dans trois véhicules municipaux : un car scolaire, une balayeuse et une laveuse de voirie. En parallèle, Gecco collecte 100% des huiles de friture issue de l’activité de l’entreprise McCain.

Une initiative similaire se joue par ailleurs sur l’Île d’Oléron, grâce à l’entreprise Roule Ma Frite.
Le patron Romain Gaudier veut lui aussi en finir avec le diesel très polluant et va donc récupérer les huiles de fritures usagées auprès des 200 restaurants que compte l’île.

Pour lui, cette alternative présente un réel avantage en termes de protection de l’environnement : « Au moment où on met un additif d’huile de friture dans le réservoir, la teneur en particules polluantes baisse drastiquement ».
Au final, cette boucle vertueuse profite à tout le monde.

Les restaurants de même que les entreprises spécialisées dans l’agroalimentaire bénéficient d’une collecte souvent gratuite de leurs huiles de fritures, la part du diesel dans les carburants tend à diminuer et le taux de particules fines chute. Reste à présent à espérer que la pratique se généralise à d’autres villes de France”.

Source: Boursorama

Votre panier est vide.